Trans’Alg élabore un substitut du pétrole

De nombreuses applications en perspective…

transalg2Y aura-t-il une vie après le pétrole ? Nous pouvons d’ores et déjà vous donner la réponse : OUI. Et puisque vous allez exiger un développement à cette lapidaire argumentation, précisons même que cette alternative existe déjà. Elle s’appelle Trans’Alg.

En fait, un programme collaboratif entre Arkema, Soprema et Fermentalg qui visera à industrialiser la production de substituts aux produits pétroliers pour les marchés de la chimie et des carburants. Ces substituts seront à bas prix, de 1 à 5 euros le kilo, annonce-t-on d’ores et déjà chez Fermentalg.

 


transalg4Et les matières premières, alors ? Issues de vinasses viticoles, de canne à sucre, ou des liqueurs rouges de l’industrie du papier. Les applications seront nombreuses, qu’il s’agisse de bioplastique, plastifiants, polyols, lubrifiants industriels, membranes d’étanchéité, mousses d’isolation thermique et carburants, entre autres. Trans’Alg aura son démonstrateur de 80 mètres cubes installé chez Fermentalg à Libourne.

L’Union coopérative viticole d’Aquitaine fait bien entendu partie du consortium, regroupant aussi plusieurs laboratoires. Un programme sur cinq ans, budgétisé à hauteur de 31,2 millions d’euros (réparti entre la Bpifrance, Fermental, subventions et avances remboursables). Alors, oui, mille fois oui, il existe bien une vie après le pétrole. Ouf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *