RISQUE ROUTIER – Quand les entreprises du 64 décident de s’engager

12 sociétés et organisations ont décidé de montrer l’exemple en signant une charte avec le préfet des Pyrénées-Atlantiques et en agissant. D’autres vont rejoindre rapidement ce mouvement… Et pourquoi pas vous !


L’objectif de cette démarche, présentée par le préfet des Pyrénées-Atlantiques, est de diminuer le nombre d’accidents graves et le nombre de morts sur les routes. Notamment, lors des trajets entre le domicile et le travail où ils sont les plus nombreux, contrairement à ce que l’on croit.

L’habitude, la fatigue, la décompression après une journée chargée… autant de raison qui rendent ce trajet dangereux, même en ville.

Aussi, les entreprises ont un rôle essentiel à jouer pour alerter leurs collaborateurs, tous leurs collaborateurs et pas seulement ceux qui sont souvent sur la route.


Euralis, Total, Lindt, APR, Vinci Autoroutes, la Maif, le Groupe Daniel, 2DTV, Idelis, l’Adapei 64, mais aussi la CCI Pau-Béarn et le Medef Béarn et Soule sont les premiers signataires de cette charte par laquelle ils s’engagent à informer et sensibiliser leurs collaborateurs et à mener des actions de prévention. Ils veulent aussi inciter les autres entreprises du département à prendre en compte ce risque professionnel majeur.

Pour piloter cette démarche, la Préfecture a décidé de s’appuyer sur les trois associations ayant comme mission prioritaire la prévention du risque routier : l’Automobile-Club Basco-Béarnais, la Prévention Routière et Agir.

Les entreprises peuvent les contacter directement pour participer à cette opération. Numéro d’appel : 05 59 11 08 00


 

Des enjeux majeurs

En 2015, le risque routier a représenté environ 40% des accidents mortels au travail. La grande majorité de ces accidents mortels s’est produite lors du trajet domicile travail (à plus de 80%).

« Selon le bilan 2015 de l’accidentalité routière, 14% des usagers tués sur la route le sont lors d’un déplacement lié au travail. Les accidents de trajet domicile-travail sont le premier risque mortel d’accident du travail. Ils sont à l’origine de 5,3 millions de jours d’arrêt maladie, sans compter pour l’entreprise le coût de la perte temporaire ou définitive d’une personne formée et compétente souvent essentielle pour la pérennisation de l’activité. A ce titre la mobilisation du monde de l’entreprise est majeur » précise la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques.


 

Une obligation légale pour toutes les sociétés…

Si plusieurs groupes importants ont pris en compte le risque routier, ce n’est pas le cas de la grande majorité des entreprises.

Il faut pourtant savoir que toute entité (même les TPE, les artisans et les associations), à partir d’un seul salarié, a l’obligation de répertorier les risques professionnels dans un « Document unique » et de prévoir des actions de prévention.

Or, le risque routier est le premier des risques professionnels. Chaque entreprise doit donc prendre en compte le risque routier et agir, sous peine de s’exposer à des conséquences très lourdes (pénales et financières) en cas d’accident grave, voire mortel, d’un collaborateur.


 

Contre l’acceptation…

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques a rappelé qu’il y a encore plus de 4.000 morts par an sur les routes françaises, et qu’il fallait multiplier les efforts pour réussir à descendre sous le seuil des 2.000 tués chaque année : c’est l’objectif d’ici 2020.

D’où l’importance de cette démarche avec les entreprises qui doit permettre d’agir et de lutter contre une trop grande acceptation de ces drames. « Il faut continuer à faire évoluer les comportements sur la route, et cela passe notamment par la prévention du risque routier dans les entreprises » a insisté Michel Gouriou, directeur de cabinet du préfet.


Dans la charte signée par les entreprises, 7 mesures sont prévues : limiter au cas d’urgence les conversations téléphoniques au volant ; prescrire la sobriété sur la route ; exiger le port de la ceinture de sécurité ; ne pas accepter le dépassement des vitesses autorisées ; intégrer les moments de repos dans le calcul des temps de trajet ; favoriser la formation à la sécurité routière ; encourager les conducteurs de deux-roues motorisés à mieux s’équiper.

Informations au 05 59 11 08 00

 

One thought on “RISQUE ROUTIER – Quand les entreprises du 64 décident de s’engager

  1. Bonjour
    Voilà une excellente nouvelle qui mérite d’être reprise non seulement à l’échelon régional mais aussi national.
    Bravo à tous ceux qui sont investis dans cette prise de conscience qui va de pair avec les exigences de toute entreprise pour réussir son projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *