PERSPECTIVES – Quels seront les constructeurs du futur ?

Les industriels traditionnels sont déjà concurrencés par les géants du numérique et les spécialistes de la mobilité…


09 VOITURE GOOGLE 2La révolution du secteur de l’automobile est déjà en marche et pourrait se traduire dans les années à venir par un chamboulement complet de la donne du côté de cette industrie. Les constructeurs traditionnels en ont pris conscience, et ils vont devoir trouver des réponses pour ne pas perdre leur emprise sur ces énormes marchés qui s’ouvrent avec les voitures électriques et hybrides, ainsi qu’avec les véhicules autonomes hyper connectés.


alibabaLes géants du numérique sont sur les rangs, particulièrement Google ainsi que les Chinois Baidu et Alibaba. Pour eux, la voiture autonome et connectée ouvrira une relation permanente à bord avec des services connectés, permettant de déboucher notamment sur des publicités personnalisées.


titan-apple-2Apple ne veut pas être en reste avec son projet automobile « Titan ». De même, les spécialistes de la mobilité, comme Uber et le Chinois Didi, qui planchent sur des taxis robots sans chauffeur.


streetscooter

StreetScooter

Parallèlement, il faut s’attendre à une énorme floraison de start-up américaines, chinoises et même européennes qui prendront comme modèle Tesla. Récemment, la Deutsche Post a fait sensation en Allemagne en dévoilant une camionnette électrique StreetScooter, fabriquée maison en s’appuyant sur un réseau de 80 fournisseurs. D’autres initiatives de ce type sont à prévoir.


uber-voiturePourquoi cette révolution est possible ? Tout simplement parce que la construction d’une voiture se modifie à vitesse grand V. A commencer par la montée en puissance de l’électrique qui menace le sacro-saint moteur à combustion et ouvre la porte à de nouveaux opérateurs. En raison également de la prédominance future des nouvelles technologies et des software embarqués sur la mécanique. Enfin avec la nouvelle mobilité urbaine qui montre son nez : partage, location, VTC…


baidu-voitureAutre raison permettant ce changement fondamental, les nouveaux opérateurs vont pouvoir s’appuyer sur un puissant réseau de sous-traitants industriels que les constructeurs ont eux-mêmes encouragé pour réduire leurs coûts. Ce sont les équipementiers comme Valéo, Bosch, Faurecia… ainsi que des sociétés d’ingénierie et des assembleurs.


ac-autonomePar exemple, le austro-canadien Magna Steyr devrait aller jusqu’à assembler les voitures de plusieurs grandes marques : BMW, Jaguar Land Rover, Audi… Et demain, deviendra t-il dans l’automobile l’équivalent de l’asiatique Foxconn qui est devenu incontournable pour l’assemblage des marques phares comme Apple et Sony.

Bref, l’industrie automobile – tellement vitale pour l’Europe – est obligée de se réinventer au galop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *