Objectif 3 étoiles avec Joël Robuchon et Bernard Magrez

Le chef et l’œnologue s’associent pour ouvrir « La Grande Maison » à Bordeaux…

C’est ben vrai, ça ! Pourquoi Joël Robuchon, installé à Monaco, Tokyo, Macao, Las Vegas, New York, Londres, Hong Kong, Singapour, Taiwan et Paris n’ouvrirait-il pas une table à… Bordeaux ?

ROBUCHON PLATLe projet, annoncé pour le premier semestre de cette année, va voir finalement le jour début décembre, permettant à tous les fins gourmets aquitains de se régaler.

Plus qu’un mois à attendre et « La Grande Maison » va ouvrir ses portes. Avec une ambition affichée : décrocher au plus tôt les trois étoiles que le statut de Robuchon exige, lui le chef le plus étoilé au monde (28 étoiles), lui sacré par le Gault & Millau « cuisinier du siècle », excusez du peu.

Pour l’occasion, il s’est associé à Bernard Magrez, œnologue de haut vol et propriétaire d’une quarantaine de châteaux (on parle de vignobles, pas de mâchicoulis).

.

robuchon4C’est en 2012 que Magrez fait l’acquisition dans le quartier du parc Rivière d’un hôtel particulier doté d’un parc, en plein cœur de Bordeaux, tout près de la rue de Tivoli. Mais pour en faire quoi ? Pourquoi pas un restaurant ?

Il faut dire que Bordeaux, l’un des lieux de France où l’on mange le mieux, est totalement dépourvu de restaurants trois étoiles.

Le seul dans la région étant le bon Michel Guérard, dans les Landes, à Eugénie-les-Bains.

.

.
robuchon1Contacté, Robuchon n’hésite pas longtemps et met sa patte sur la carte en faisant venir de Monaco Jean-Paul Unzueta et son fidèle chef japonais Tomonori Danzaki avec qui il a ouvert ses adresses de Singapour, Las Vegas et Tokyo.

Si la carte est encore secrète, on sait déjà qu’elle fera la part belle aux produits de la région et que sa cave à vins accueillera les 259 grands crus classés de Bordeaux.

D’ores et déjà, les réservations sont ouvertes, tant sur Internet qu’au 10 rue Labottière, lieu des futures agapes.

ROBUCHON***Preuve que l’endroit se mérite, il ne disposera que de 48 couverts, car ce qui est bon est rare.

Et cher aussi, oui. Mais c’est du Robuchon, de Bordeaux.

.

.

.
Danzaki prepares a signature dish at Joël Robuchon in Singapore

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *