Mobilité et qualité de vie en milieu urbain

PSA Peugeot Citroën et Renault planchent sur la pollution atmosphérique et sonore…

Les deux constructeurs soutiennent un projet de recherche de 1,5 million d’euros sur cinq ans mené par l’Université Pierre et Marie Curie. L’objectif est de mesurer les impacts de la pollution par les gaz, les particules et le bruit sur la qualité de vie et la santé des habitants d’une ville.

.

« La société a des attentes fortes pour que la mobilité, qui est à la fois une nécessité et une liberté fondamentale, puisse contribuer à une meilleure qualité de vie, spécialement en milieu urbain. Les formes de mobilité actuelles portent en elles des nuisances de moins en moins acceptables. En tant qu’industriels, nous faisons partie du problème et nous voulons être acteurs de la solution. La meilleure façon d’y répondre est de coopérer avec des scientifiques pluridisciplinaires de haut niveau et cette nouvelle chaire est pour nous une opportunité unique de préparer des solutions durables et fiables appuyées sur une expertise scientifique approfondie », a souligné Renault.

.

05 PHOTOS 2

Les scientifiques vont mener leurs travaux en toute indépendance pour faire un état des lieux des pollutions chimique et sonore moyennes. Ils travailleront ensuite à l’échelle d’une rue, puis d’un quartier, pour déterminer comment ces pollutions se propagent là où les habitants les reçoivent et comment elles agissent sur leur santé. Il s’agira de mettre au point des modèles performants et de les optimiser.

.

Une part du projet se focalisera sur les maladies induites par la pollution atmosphérique (asthme, allergies, broncho-pneumopathie chronique obstructive…) et l’effet des polluants sur des sujets atteints de maladies respiratoires graves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *