L’orchestre basque s’ouvre à la comédie musicale

A Anglet, un concert du Nouvel An pas comme les autres, version Broadway

BRODWAY 3L’ORBCB, c’est-à-dire l’Orchestre régional Bayonne Côte basque, va faire une entorse à son répertoire à l’occasion de son concert de Nouvel an, en interprétant « Broadway », un spectacle haut en couleurs et en rythmes le samedi 9 et dimanche 10 janvier, au Quintaou. Un pot-pourri des hits américains, qui ont fait la renommée des comédies musicales made in Broadway. On s’en régale à l’avance.

 


BRODWAY 2Il s’agit ici d’entrer dans l’univers magique de la comédie musicale, en se remémorant les grands airs de ce genre indémodable. Avec comme soliste Isabelle Georges, dépeinte comme une artiste « qui ne se laisse pas dompter, toujours indocile, impossible à apprivoiser. Elle fonce tête baissée, elle affronte et elle court. Douce aussi, elle chante comme un ange. Il faut l’aimer comme elle est, pétillante comme du champagne, brute comme la pierre, douce comme la soie, légère comme l’air et toujours passionnée. » Ça donne envie, non ?

À ses côtés, on retrouvera Frederik Steenbrink, un jeune baryton racé, qui nous vient du pays des polders, que l’on a pu applaudir à Paris dans son interprétation de « Padam Padam » qui est restée à l’affiche durant plus d’un an, ou dans « 24 heures de la vie d’une femme » d’après le roman culte de Stefan Zweig. Ainsi que dans le rôle de Wallace Hartley dans la comédie musicale tirée du « Titanic » ou dans « Une étoile et moi… à Judy Garland », d’Isabelle Georges et Stéphane Foenkinos. Une voix et une présence qui ne laisseront aucun spectateur du Quintaou indifférent.

 


orchestre1Au fait, que va-t-on y voir, sur la scène d’Anglet ? Sous la baguette de Benjamin Lévy vont être évoqués les grands airs de l’épopée musicale new-yorkaise, chantés en leur temps par des légendes comme Judy Garland, Gene Kelky, Frank Sinatra, Tony Bennett, sur des airs de Cole Porter, George Gershwin, Freed Arthur ou Irving Berlin. Du lourd, du grandiose, et des chansons que nous connaissons tous. La nostalgie est de retour.

Un nouvel an qui commence sur les chapeaux de roues pour l’ORBCB qui fait pour l’occasion dans un genre plus léger, et qui devrait séduire un public n’ayant pas l’habitude de le voir se produire. Ce sera ce samedi à 20h30 et ce dimanche à 17h. Tarifs : de 15 à 25 euros, ce qui n’est pas cher pour entreprendre un tel voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *