Le Makhila fête ses 200 ans à Larressore

Le savoir-faire de l’atelier Ainciart Bergara…

BERGARA MAKHILAC’est une très jolie histoire, digne d’un conte de fées à la sauce basquaise, que celle de l’atelier du Makhila fabriqué à Larressore chez Ainciart Bergara. Au départ, à la maison Killoteia (signifiant “quenouille” en basque), on tissait le lin, on fabriquait des quenouilles – s’entend – et bien sûr, déjà des makhilas (ou makila selon les orthographes admises).

Le temps fit son oeuvre, et seul le makhila demeura, mais surtout, il devait subsister comme le dernier endroit du Pays basque où vous trouverez le vrai, le beau, l’authentique makhila.

 


BERGARA MAKHILA AUTREFOISL’Unesco ne s’y est pas trompée, qui, en 2011, inscrira l’atelier à l’inventaire des Métiers d’Art Rares, et le labellisera EPV, soit Entreprise du Patrimoine Vivant, Centenaire et Plus. En effet, pour du rare, c’est du rare…

Déjà en 1936, Jean Bergara obtint son diplôme de Meilleur Ouvrier de France (MOF) pour la soudure parfaite du pommeau des makhilas d’honneur. Et l’on ne compte plus les grands noms qui ont eu un makhila fabriqué ici, à Larressore : le sculpteur César, Léon Zitrone, Gérard Klein, Charlie Chaplin, Jacques Chirac, le Général de Gaulle, Ronald Reagan, le Prince Philip, le pape Jean-Paul II (eh oui), Nelson Mandela, Winston Churchill, Michel Platini, Eric Cantona, Bixente Lizarazu (entre Basques, on se comprend), et tous, oui tous les présidents de la République française, même Nicolas Sarkozy et François Hollande, oui !

 


makhila4Surtout ne nous faites pas l’affront d’ignorer ce qu’est un Makhila, et si par grand hasard ou trou culturel aux allures de gouffre, vous ne saviez pas, discrétos, filez sur www.makhila.com tout apprendre, mais vite…

 


BERGARA MAKHILA MAGASINEn attendant, le conte de fées du Makhila se poursuit, et si vous passez du côté de Larressore du 27 au 29 mars, à l’occasion des 9ème JEMA (Journées Européennes des Métiers d’Art), l‘atelier Ainciart Bergara racontera les 200 ans d’histoire du makhila grâce à une exposition photos commentée.

 

 


bergaraAinsi, les Basques pourront replonger dans leurs racines, et les autres découvrir cet objet à part, et sa forte symbolique et tradition. Et qui sait, cela vous donnera peut-être envie de commander votre propre makhila ? Mais là, il nous a semblé comprendre que la patience était de mise… Et quelques économies aussi.

Mais la tradition n’a ni prix ni urgence de temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *