La fin du bridage des motos à 100 ch

L’abrogation de cette spécificité franco-française doit être confirmée en septembre pour les motos neuves. Mais, rien n’est encore assuré du côté des engins vendus avant le 1er janvier 2016.

moto bridage carteLe ministre de l’Intérieur devrait donc se prononcer début septembre sur l’autorisation ou non de commercialiser après le 1er janvier 2016 des motos Euro 3 en puissance libre. Le bridage des motos à 100 ch (73,6 kW), livrées partout ailleurs en version full power, perdurait chez nous depuis 1985 et ceci sans aucune justification.
Malgré l’aboutissement de cette mesure très attendue reste à résoudre la question cruciale de ce dossier qui concerne des dizaines de motos. Que sera t-il décidé pour ce qui est du « rétrofit », c’est-à-dire, la possibilité de débrider légalement une moto par construction full power vendue avant le 1er janvier 2016 ?

La question est à l’étude dans les ministères. C’est la grande hésitation entre la peur de troubler l’opinion par un oui au retrofit, en apparence contradictoire avec la politique de sécurité routière, et la volonté de mettre fin à l’injustice et l’inefficacité prouvée du bridage moto français en terme d’accidentologie. Avec en toile de fond de lourdes conséquences financières pour tous, particuliers et professionnels.

 


moto bridageCôté sécurité routière, il faut constater que, malgré cette mesure de bridage, le nombre d’accidents mortels pour les utilisateurs de motos de plus de 125 cm3 ne diminue pas. En 2014, le nombre de morts pour cette catégorie d’utilisateurs a été de 561 personnes et l’objectif de diviser par deux le nombre de morts en 2020 (295 tués pour les motos de plus de 125 cm3) semble difficile à atteindre. Par ailleurs, dans les différentes études, il n’y a aucune preuve que la puissance libre soit une cause majeure d’accident.
A ce jour, seul Ducati propose un modèle en puissance libre. La Multistrada 1200, homologuée dans le cadre du règlement 168/2013 (Euro 4), peut d’ores et déjà être immatriculée en France sans bridage. Par contre, les motos neuves réceptionnées sous la directive 2002/24 (Euro 3), qui pourront encore être commercialisées jusqu’au 1er janvier 2017, ne pourront pas être automatiquement débridées le 1er janvier 2016, si rien n’est changé d’ici là.

 


moto1Si la rétro activité du débridage n’est pas décidée, les conséquences pourraient être lourdes sur un secteur économique déjà éprouvé par la baisse des ventes. Selon le CNPA, les stocks concernés des constructeurs et de leurs concessionnaires pourraient ainsi perdre entre 30 et 40% de leur valeur. Pour les constructeurs, ce chiffre devrait plutôt tourner autour de 20%.

Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *