La bataille de la Dune du Pilat, Grand Site de France

Le grain de sable dans la chaussure de l’Etat qui va expulser 150 propriétaires…

La Dune du Pilat, en Gironde. Vous l’avez toutes et tous au moins escaladé une fois, entre forêt et mer. Et si vous ne l’avez pas fait, c’est un manque impardonnable et vous devez y remédier rapidement.

D’autant qu’après cet article, vous regarderez peut-être différemment ce “monument” de sable, qui s’apprête à être classé Grand Site de France. Normal, quand on est l’un des sites les plus visités du pays. Et aussi quand on est la plus haute dune d’Europe (entre 104 et 108 mètres).

Mais là n’est pas le “hic”. Car hic il y a. Ce que personne ou presque ne savait et est en train de découvrir avec stupeur, c’est que le lieu, la dune appartient… à 65% à des privés. Comme on vous le dit. Et même son parking.

Il est le fruit d’une indivision familiale sur laquelle le Syndicat Mixte dispose d’un bail emphytéotique (on aime bien caser ce mot, la classe). Prix du loyer versé, de l’ordre de 130.000 euros par an. On pourrait assurément mieux employer cet argent.

En tout, ce sont quelque 150 propriétaires qui s’étalent sur 250 parcelles de 269 hectares entre forêt et dune. Ingérable. D’où l’initiative du Conservatoire du Littoral qui lance pour le compte du Syndicat mixte de la dune du Pilat une opération d’acquisition et d’expropriation.

Car un peu de maîtrise foncière ne peut pas faire de mal dans ce cas précis. 5 millions d’euros ont été provisionnés pour cette opération “rachat”. Et l’on n’expropriera pas les cinq campings du pied de la dune.

Ensuite, l’inquiétude de certains se manifeste, à espérer que les tarifs du parking ne vont pas augmenter de trop, ou qu’il n’y aura pas de pollution du site et que le naturel en sera conservé. Apparemment la volonté de l’Etat est ici à la gestion et à l’harmonisation, pas à la destruction.

Au fait, vous pouvez dire Pilat ou Pyla, les deux sont admis. Pilat est le nom d’origine, venu de pile, entassement. Et Pyla fut imposé par un promoteur du début du siècle et retenu, d’où le nom de la commune du Pyla-sur-Mer.

Dans l’avenir, on préférera revenir au Pilat, mais ça, c’est pas encore gagné, tant il y aura de panneaux de signalisation à revoir et rectifier. Donc, Pyla ou Pilat, tout le monde a raison.

Informations sur le site Internet de la dune du Pilat

http://www.ladunedupilat.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *