IGP pour le sel de Salies

Confirmation officielle à Bruxelles : cette attestation de qualité concerne 2 communes des Landes et 11 du Béarn…


igpselsalies4logoOn vous l’avait déjà annoncé : depuis ce mois de juin, le Sel de Salies-de-Béarn a obtenu son IGP ou Indication Géographique Protégée. L’ami incontournable du Jambon de Bayonne recevait ce lundi son certificat officiel à Bruxelles. Autant dire que ça ne manquait pas de sel au pays de la frite !

Une bonne nouvelle qui vient après des années d’un effort entrepris par le consortium du Jambon de Bayonne, ayant repris l’exploitation de la saline dès 2010.


igpselsalies1Mais qu’est-ce que ça change vraiment une IGP ? Sur le fond, peut-être pas grand-chose. Sur la forme, il en est autrement. Le public aime ces « attestations de qualité » que sont les AOC, les IGP et autres labels.


igpselsalies2jambonQu’il soit utilisé en salaisons, en sel de table ou reconnu pour ses vertus sanitaires, le sel de Salies-de-Béarn fait son chemin. Il est fort à parier que l’obtention de l’IGP le conduira encore plus haut, et que même l’établissement thermal de la ville bénéficiera des retombées favorables.

Côté exploitants, l’aire géographique de l’IGP s’étend sur treize communes soit 180 km², deux des Landes (Sordes-L’Abbaye et Saint-Cricq du Gave) et onze des Pyrénées-Atlantiques (Auterrive, Came, Carresse-Cassaber, Castagnède, Escos, Laastide-Villefranche, Léren, Oraas, Saint-Dos, Saint-Pé de Léren et Salies-de-Béarn of course).


igpselsalies3Entre le piment d’Espelette et le sel de Salies, notre région ne manque ni de sel ni de piment. Mais ça, on le savait déjà depuis longtemps. Il était temps que le monde l’admette…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *