HISTORIQUE – 30.602 collectionneurs en France

La Fédération Française des Véhicules d’Epoque a réalisé une enquête sur l’automobile de collection…


Un an après avoir fêté son 50e anniversaire à travers tout l’Hexagone, la Fédération Française des Véhicules d’Epoque entend mettre à profit la grande enquête qu’elle a lancée à la fin de l’année 2017, auprès des collectionneurs.

Elle espère ainsi pouvoir peser sur les décisions qui seront prises dans les prochains mois et qui impacteront l’avenir des véhicules anciens.


Selon cette enquête, 30.602 collectionneurs possèdent 97.651 véhicules dont 83% sont en état de rouler. Les autres véhicules sont à restaurer. 52,6% possèdent de 2 à 5 véhicules (voitures, motos, de collection, cyclomoteurs, utilitaires, poids lourds/autocars et véhicules militaires). 60,4% des collectionneurs sont membres d’un club. 14% ont plus de 5 véhicules. 33,4% des collectionneurs ont un seul véhicule. Le nombre moyen de véhicules par collectionneur est donc de 3,19.

On constate que les collectionneurs utilisent finalement assez peu leurs véhicules de collection et plutôt pour des activités de loisirs à la campagne. 75,8% des collectionneurs utilisent leurs véhicules pour un usage de loisirs, tandis que 2,8% utilisent leurs véhicules pour aller au travail ou pour un usage professionnel. 21,4%
l’utilisent pour les 2.


Cette enquête aura également permis aux responsables de la FFVE de mieux connaître les collectionneurs. Quitte à enregistrer quelques surprises. Ainsi, il apparaît qu’un
tiers des collectionneurs ne sont pas membres d’un club. Plus étonnant encore aux yeux des équipes de la FFVE : seulement 33% des collectionneurs qui ont répondu au questionnaire sont titulaires d’une carte grise de collection.


« Jamais nous n’aurions imaginé cela », concède Alain Guillaume. Les lignes sont cependant en train de bouger à ce niveau-là, en raison, tout d’abord, des restrictions de
circulation en ville pour les véhicules les moins récents et de l’exemption obtenue par les possesseurs d’une carte de grise de collection à Paris, mais aussi en raison de
l’introduction du contrôle technique nouvelle génération qui fait peur à beaucoup de gens.

Néanmoins, pour le Président de la FFVE le message le plus important qui ressort de cette enquête est bel et bien l’inquiétude dont font part les collectionneurs. « Ce sentiment transparaît dans de nombreuses réponses, souligne-t-il. Un grand nombre de collectionneurs se demandent ouvertement s’ils vont pouvoir continuer à
circuler avec leurs véhicules à l’avenir. »


Certains d’entre eux semblent en effet craindre que ce droit qu’ils estiment « fondamental » soit remis en cause par des réglementations de plus en plus strictes, des contraintes de plus en plus fortes, pour des raisons plus politiques que réellement sérieuses. « Et je partage cette inquiétude », affirme Alain Guillaume. Les dirigeants de la FFVE remarquent notamment que de nombreuses décisions se prennent désormais à Bruxelles et que les députés français sont pour l’heure peu présents pour défendre leur point de vue et faire entendre leurs arguments.

Informations sur le site de la FFVE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *