FESTIVAL – Ca va dépoter au Dax Motors n’Blues !

Poppa Chubby, Moutain Men, Little Girl Blues… le festival fait la part belle aux motos, mais surtout à la très, très bonne musique…


Ils étaient déjà 4.000 pour la première édition en 2009. Et malgré les aléas climatiques, ils n’ont cessé d’être plus nombreux, jusqu’à 25.000 en 2015, et 3.000 motos.

Le DMB pour les intimes ou Dax Motors n’Blues n’en finit pas de passer dans la cour des grands. Preuve en sera donnée, une fois de plus, pour la 9ème édition ces 7, 8 et 9 juillet. Dans la ville curiste qui, de l’avis de certains médisants, s’endormait paisiblement, rien de tel qu’un rendez-vous motards et blues pour réveiller tout ça.


Tout débutera, honneur aux dames, le vendredi 7 juillet, avec à 19h30, Minnie Marks qui, doux euphémisme, envoie du son ! Tandis qu’à 21h30, ce sera Little Girl Blues, du très, très lourd ! Surtout, du très, très bon ! Avant d’accueillir Laura Cox à 23h30, qui pourrait bien donner des sueurs froides à quelques messieurs guitaristes, on dit ça, on dit rien !


Samedi 8 juillet, on continue, avec Blueprint sur la scène Indian-Victory à 13 heures. Puis deux concerts, deux possibilités avec Bokalé Brass Band, à 16h30 sur l’Esplanade du général de Gaulle et la place Thiers et à 18h30 sur la scène Indian-Victory. Si vous avez des nostalgies de Nouvelle-Orléans et d’énergie débridée, ils devraient vous soigner vite fait, bien fait. 20h30, on part vers la Riviera Paradise. Juste avant le grand moment du Festival, Poppa Chubby à 22h30. Vous ne pouvez juste pas manquer ça ! Fuzz Top prendra le relais pour assurer la fin de soirée à partir de minuit trente, vous n’êtes pas prêts de dormir !


Dimanche 9 juillet, Talaho ouvrira le bal (ou plutôt le concert) à 13 heures, qui rime avec apéro. Un autre moment fort à 14h30 avec le Tremplin des jeunes talents du Blues qui fera vibrer l’applaudimètre. Et histoire de vous en coller plein les oreilles jusqu’à l’année prochaine, de vous faire regretter amèrement que ça s’achève, le pur talent de Mountain Men à 17 heures pour finir. On est fans !

Un grand bravo aux organisateurs, l’association qui a su se structurer, avec un bureau, un conseil d’administration, et un salarié administratif, sans jamais oublier l’esprit de départ : Du Blues, des motos et des copains.


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *