EVENEMENT – Les stars sur le tapis rouge de Donostia

Monica Bellucci, Agnès Varda, Penelope Cruz, Arnold Schawarzenegger, Glenn Close, Raymond Depardon, Carlos Saura, Win Wenders, John Malkovich… au Zinemaldia…


Le Festival international du film de Saint-Sébastien, jusqu’au 30 septembre, est devenu une référence mondiale et cette année encore le tapis rouge du Kursaal est foulé par les plus belles pointures du 7e Art.

Il y a donc du beau monde qui défile au Kursaal de Saint-Sébastien pour cette 65ème édition du Festival de Saint-Sébastien.


C’est Monica Bellucci et Agnès Varda qui ont reçu le prix spécial Donostia, succédant à Segourney Weaver et Ethan Hawke, lauréats 2016.

Quant au Jury, il est présidé par le très célèbre acteur John Malkovich, accompagné notamment des actrices Dolores Fonzi, Emma Suárez, du cinéaste William Oldroyd et de la productrice Paula Vaccaro.


Sont également au rendez-vous de la « Croisette » basque : Penelope Cruz, Arnold Schawarzenegger, Glenn Close, Bérénice Bejo, Raymond Depardon, Carlos Saura, Win Wenders, Javier Bardem, Steve Coogan, James Franco, Jean-Pierre Léaud, Benoît Magimel, Paz Vega, Darren Aronofsky, Ilkidò Enyedi, Robert Guédiguian, Todd Haynes, Aki Kaurismäki, Hirokazu Koreeda, Ruben Östlund, Lynne Ramsay, Michael Winterbottom, Frederic, Wiseman… pas mal, non ?


Côté français, on a débarqué en force cette année. Ainsi Albert Dupontel présente son « Au revoir là-haut » où deux survivants des tranchées de la Première guerre mondiale montent une embrouille sur les monuments aux morts, une adaptation picaresque du roman de Pierre Lemaitre, prix Goncourt en 2013 pour son livre éponyme.

Une autre guerre, la suivante, constitue le cadre de « La douleur », film d’Emmanuel Finkiel, évoquant Marguerite Duras recherchant son mari, Robert Antelme, arrêté par la Gestapo.


Un autre temps, plus heureux, est évoqué par le tandem Eric Toledano et Olivier Nakache dans « Le sens de la fête », narrant une noce dans un petit château aux alentours de Paris, où rien ne se passe comme prévu.

Côté iconoclaste, voici « Ni juge, ni soumise », de l’équipe de l’extraordinaire série télévisée « Strip-tease », formée de Jean Libon et Yves Hinant, en train de suivre une juge dans ses investigations criminelles.


Encore que bien du monde a les yeux tournés sur « Wonder of the Sea 3D », de Jean-Michel Cousteau, fils de son père, dans un passionnant voyage sous les océans, un documentaire narré par Arnold Schwarzenegger en personne.


Et coucou, revoilà Agnès Varda, sur « Visages, villages », qui parcourt en fourgonnette la France rurale. Ou encore Marne Francen et son « Semeur ». Nous arrêtons la liste, faute de place, à « 12 Jours », de Raymond Depardon, évoquant l’enfermement en centre psychiatrique sans consentement, qui concerne 92.000 personnes chaque année en France.


Tous sont en compétition, face à des pointures comme Michael Haneke (« Happy End ») ou Wim Wenders (« Submergence »).

Et Good luck à nos prétendants !

Informations sur le site du festival

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *