Estanguet et Lapasset pour décrocher les JO 2024

Le Béarnais et le Bigourdan sont en première ligne pour la candidature de Paris…

JO LAPASSET 2Ah, heureusement que Paris peut compter sur les provinciaux pour la défendre ! Tenez, pas plus tard que cette semaine, ce sont deux figures du bassin de l’Adour, et pas des moindres, qui ont été désignés pour conduire la candidature officielle de Paris aux Jeux Olympiques de 2024.

Bernard Lapasset et Tony Estanguet, puisqu’il s’agit d’eux, ont en effet pris la barre du vaisseau, en vue d’obtenir dans deux ans l’agrément du Comité Olympique faisant de la capitale française celle du sport.

Un bon choix que celui de ces deux dirigeants, à commencer par celui de Lapasset. Car dans une affaire d’importance comme celle-là, il ne suffit pas d’avoir présidé une fédération nationale. Il faut avoir les connections, les contacts, le carnet d’adresses. Et des contacts, Bernard en a plein sa besace, en sa qualité de président de l’IRB, l’International Rugby Board.

 


JO PARISC’est ainsi qu’il avait obtenu pour notre pays l’organisation de la Coupe du monde de rugby à XV 2007. Prescience, l’éphémère ministre des Sports Valérie Fourneyron avait en décembre 2012 nommé le Tarbais à la tête d’une mission destinée à améliorer l’influence de la France au sein du CIO. On jugera des résultats bientôt.

 


jo2Quant à Tony Estanguet, on ne le présente plus, étant le seul athlète français à avoir gagné trois médailles d’or dans trois Jeux olympiques différents. Mais là encore, c’est davantage le dirigeant que le sportif qui a été distingué.

Elu par ses pairs à la commission des athlètes du CIO, lui aussi a intégré la cellule chargée des relations internationales du sport français. Gageons que son expérience malheureuse pour la candidature de Paris aux Jeux de 2012, pour laquelle il s’était beaucoup investi, lui a permis de connaître in vivo les mécanismes de la désignation.

C’est en septembre, comme chantait Bécaud, que la lettre de candidature signée de la ville de Paris et de notre Comité national olympique doit parvenir au CIO à Lausanne. Résultat final à l’été 2017 à Lima, au Pérou. D’ici là, croisons les doigts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *