ENJEUX – Total fait le pari de l’électromobilité avec DS

A partir d’un partenariat avec le groupe PSA, au niveau de la Formula E, le géant pétrolier vise le marché des nouveaux lubrifiants et fluides…


Le groupe Total a décidé de renforcer sa collaboration avec PSA, notamment autour du championnat FIA de Formula E et de l’écurie DS Virgin Racing, avec en ligne de mire l’énorme marché du véhicule électrique.

Patrick Pouyanné, patron de Total, a donné en février dernier sa vision du futur de la mobilité branchée : « Je suis persuadé que le véhicule électrique va se développer plus vite qu’on ne le pense, notamment en Chine, pour des raisons de santé publique et de pollution locale, et dans les grandes métropoles occidentales ».


Mais, Total ne vise plus spécialement l’installation de bornes électriques dans les stations-service. L’expérience du maillage baptisé « Plug to Drive » n’a pas obtenu le succès escompté. Du coup, l’objectif est limité à un parc de 300 bornes qui seraient implantées dans les stations du groupe, situées le long des grands axes, dans les zones extra urbaines.

Désormais, le véritable enjeu pour le géant pétrolier est d’anticiper le développement de lubrifiants et de fluides permettant un fonctionnement optimal des pièces de friction. Pour cela la Formula E est le laboratoire idéal, ce qui explique son engagement auprès de DS Performance.


Dans les années 1960, Total avait déjà mis au point des lubrifiants et fluides pour la Citroën DS. C’est donc une nouvelle étape de ce partenariat qui s’ouvre grâce à la naissance de l’électromobilité.

Lors de l’ePrix de Buenos Aires, le 18 février dernier, la DSV-02 a bénéficié « d’un lubrifiant de transmission formulé sur mesure par les ingénieurs du centre de recherche de Total à Solaize (CReS) », près de Lyon, a précisé le groupe. « Ce produit permet l’optimisation du rendement de la boîte de vitesses et ainsi améliore l’efficacité énergétique de la voiture ».


 

La recherche de la performance et de l’efficacité…

L’objectif est donc un meilleur rendement par une lubrification optimisée, mais aussi un gain de poids au niveau des fluides. Bien entendu, cela est d’autant plus sensible au niveau de la compétition pour améliorer la performance. Mais, l’enjeu est aussi de réduire la consommation de carburant pour les véhicules hybrides.

C’est ainsi que PSA et Total ont lancé en 2013 le programme « fuel economy », avec la Peugeot 208 HYbrid FE. FE comme « Fun » et « Efficient ». Cette dernière a réussi à passer sous la barre des 2 litres de carburant aux 100 kilomètres parcourus. Les ingénieurs de Total sont intervenus sur tous les points de frictions mécaniques. L’huile moteur et de boîte, d’une viscosité de 0W12, a permis à elle seule de réaliser une économie de 3% sur la consommation.


D’autres produits vont être testés, et notamment des fluides permettant d’optimiser le refroidissement du moteur et de son contrôleur.

« A terme, un transfert de technologies permettra aux propriétaires de véhicules électriques de bénéficier de ces produits. En effet, chez Total, ce sont les mêmes chercheurs qui formulent les gammes compétition et celles destinées au grand public. Véritable laboratoire du « mieux rouler », la Formula E apporte une réelle valeur ajoutée à la mobilité de tous » a précisé le groupe pétrolier.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *