ELECTROMOBILITE – Le Lilium a réussi ses premiers vols

Plus qu’une voiture volante, ce drone taxi électrique ne devrait pas être vendu à l’unité, mais à des compagnies pour des flottes autonomes, gérées avec des applications smartphone…


Le Lilium Jet fait partie des nombreux véhicules volants en cours de conception et d’expérimentation. Il vient de réussir sa première série de vols d’essais dans les airs « avec manœuvres complexes ».

Cet étonnant véhicule est doté de 36 moteurs électriques basculants : 6 sur chacune des 2 ailes avant et 12 sur celles à l’arrière. Ces moteurs s’orientent entre la position verticale et horizontale, pour les phases de décollage et d’atterrissage qui se font de manière verticale. Le fonctionnement différentiel des moteurs inclinables permet de se passer des volets aérodynamiques habituels mais aussi d’une queue stabilisatrice, d’où un besoin en espace moindre pour recevoir l’appareil.


Avec un poids de 600 kilos, il devrait atteindre une vitesse de pointe de 300 km/h et un rayon d’action de 300 kilomètres. Le modèle qui sera commercialisé en 2025 comportera 5 places.

Lilium a voulu « définir un concept d’avion de transition avec de meilleures performances en matière de sécurité, bruit, vitesse, portée et charge utile que les concepts existants, tout en réduisant la complexité technique à un tiers ».

« Nous avons contesté les limites physiques, la complexité mécanique et les lois sur l’énergie, jusqu’à ce que nous ayons eu quelque chose de nouveau et unique ; quelque chose de simple et efficace ».


« Notre mission est de rendre les taxis aériens accessibles à tous et aussi abordables que de conduire une voiture », explique Lilium sur son site Internet. Mais, le drone effectuera son déplacement en moyenne 5 fois plus rapidement que les taxis actuels, en s’affranchissant des difficultés de circulation dans les rues.


Lilium travaille « activement avec les principaux fournisseurs de services de mobilité pour offrir une expérience utilisateur transparente de la réservation à l’atterrissage ». Avec 70 kilomètres parcourus en 15 minutes, l’engin permettrait de rejoindre son bureau dans les grandes villes tout en résidant à la campagne : c’est en tout cas une des images que cherchent à faire circuler les concepteurs du drone.

Tout a été étudié pour réduire au maximum l’énergie nécessaire à maintenir un vol stationnaire. Le véhicule avec une coque en fibre de carbone d’une excellente manœuvrabilité, essentielle pour éviter les obstacles dans les villes et se poser sur des surfaces réduites.


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *