CONSEILS – Les avertisseurs de radars

Différents systèmes ont été développés : certains sont interdits, d’autres tolérés…


radars 2Les détecteurs qui permettent de déceler la présence de radars en envoyant des ondes, sont toujours strictement interdits. Leur usage est très lourdement sanctionné par un retrait de 6 points, une contravention de 1.500 euros, 3 ans de suspension du permis et la confiscation du véhicule.

Attention, depuis janvier 2012, les mêmes peines sont appliquées pour l’utilisation des avertisseurs. Il s’agit des systèmes qui signalent la position des radars à partir d’une base de données mise à jour régulièrement.


coyote-2Pour respecter la loi, les principaux acteurs du marché, Coyote, Inforad et Waze, ont changé leur fusil d’épaule, avec la bénédiction des autorités. Ainsi, ils proposent des « assistants d’aide à la conduite » (AAC), tout à fait légaux. Il fallait y penser, car le principe est équivalent en ce qui concerne l’alerte des automobilistes.

L’astuce consiste à indiquer des « zones dangereuses », de 2 à 4 km, sans donner l’emplacement précis du radar. Et comme auparavant, les automobilistes signalent, à l’aide d’une application, la présence des appareils.


coyoteRécemment, des Aveyronnais qui annonçaient sur leur page Facebook où se situaient les radars et les contrôles routiers de leur région, ont été relaxés par la Cour de Cassation. Ce jugement autorise donc ce genre de pratique, ce qui change la donne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *