Cambo-les-Bains fête son gâteau basque, miam !

Un véritable succès populaire, entre variété, convivialité, dégustations, authenticité, et offre artistique…


gateaubasquecambo1Pas un gourmand du Sud-Ouest ne l’ignore, et ces 1er et 2 octobre, on en annonce une concentration exagérée du côté de Cambo-les-Bains, pour célébrer comme il se doit, en douceur sucrée, la 14ème fête du gâteau basque.

Au fait pourquoi Cambo et le gâteau basque ? Pourquoi pas ailleurs ? C’est que, depuis le XIXe siècle, il existe un lien étroit entre la station thermale et la douceur locale, puisqu’il a été commercialisé pour la première fois par la pâtisserie Marie-Anne, rue Xerri Karrika. Mais de là à songer qu’un jour, cette fête réunirait quelque 15.000 personnes, il y avait du chemin…

Un véritable succès populaire, entre variété, convivialité, dégustations, authenticité, et offre artistique basque. L’assurance d’une belle journée à passer en famille, entre amis, à déambuler entre terrasses et ruelles animées.


gateaubasquecambo4gateauL’an dernier, ils étaient plus de 14.000 visiteurs pour 3.000 gâteaux basques vendus au stand Eguzkia, sans compter ceux vendus directement par les boulangers pâtissiers de Cambo, plus de 110 exposants, artisans d’art et produits gourmands, tandis que 50 participants se pressaient au Concours amateur du meilleur gâteau basque (ayons une pensée émue pour les pauvres estomacs des membres du jury !).

Et tant qu’à s’enorgueillir, allons plus loin, puisque la fête du gâteau basque se situe en troisième position des grands rassemblements gourmands de la région, juste derrière la Foire au Jambon de Bayonne et la Fête du Piment d’Espelette. On y vient de loin, y compris de Bayonne ou Toulouse.


gateaubasquecambo2eguzkiaEntre le concours du Meilleur gâteau basque, la messe des confréries, le défilé en musique, le concert de l’Harmonie de Cambo ou celui du Chœur d’Hommes Oldarra, il vous restera bien une petite place pour la dégustation.

Alors nature ou à la cerise noire d’Itxassou, le débat est relancé pour la 14ème fois. Gageons qu’il faudra bien des années encore pour tomber d’accord sur le sujet. Il y a des fois où c’est vraiment très, très bon de tergiverser !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *