AUTOROUTES – Le plan d’investissement épinglé

L’autorité de régulation conteste la hausse des péages et remet en cause 23 des 57 projets, dont les nouveaux échangeurs envisagés sur l’A64…


L’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) a rendu un avis sévère sur le plan d’investissement public autoroutier présenté en janvier dernier, qui comprend sur le bassin de l’Adour seulement 3 projets, tous en Béarn : des échangeurs à Pau-Morlaàs, à Carresse-Cassaber, à Orthez-Virginie.


Le gendarme du rail et de la route recommande (il n’a qu’un rôle consultatif) à l’Etat de revoir son plan, considérant notamment que son financement par les clients du réseau autoroutier est excessif : « les augmentations de tarifs de péage prévues excèdent le juste niveau qu’il serait légitime de faire supporter aux usagers ».


L’Arafer remet en cause 23 des 57 chantiers prévus, dont les 3 projets d’échangeurs envisagés sur l’A64. Pour celui de Pau-Morlaàs, il souligne qu’il était inclus dans le contrat entre l’Etat et le concessionnaire, les ASF, et qu’il devait être construit avant la fin 2012. Le régulateur retoque donc tout financement, même partiel, par une augmentation des péages.


Quant aux échangeurs de Carresse-Cassaber et de la Virginie près d’Orthez, l’Arafer s’interroge sur leur utilité, soulevant le fait qu’ils sont proches des autres échangeurs et qu’aucune raison majeur s’impose au niveau de la circulation. D’où la recommandation de ne pas les faire financer par les usagers s’ils devaient être réalisés.

On peut imaginer que des associations vont utiliser cet avis du gendarme des autoroutes pour s’opposer encore plus fort à ces projets, et que les délais vont sensiblement s’allonger. A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *