Attention : les accidents non-assurés sont en hausse !

Pourtant, le risque pris par les automobilistes est démesuré…

En 2013, le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO) a versé 87,6 millions d’euros aux victimes d’accidents provoqués par des automobilistes non-assurés.

Un montant qui augmente régulièrement, comme le nombre d’accidents corporels. Alors que le nombre d’accidents corporels a chuté de 22% en France depuis 2009, les dossiers ouverts au Fonds de garantie ont augmenté de 8,5%, ce qui signifie qu’ils impliquent de plus en plus de véhicules non-assurés.

07 ASSURANCE 2

Ces chiffres dévoilent une augmentation sensible du nombre de conducteurs non-assurés. Les véhicules circulant sans assurance seraient entre 370.000 et 740.000 (1% à 2% des conducteurs). En 2013, les automobilistes non-assurés ont été impliqués dans 6% des accidents mortels (192 décès).

Ces personnes sont soit des « délinquants routiers », qui n’ont souvent pas le permis et n’ont jamais été assurés, soit des « non-assurés du quotidien », des automobilistes qui « négligent » l’assurance, de plus en plus souvent pour des raisons économiques.

Pourtant un conducteur non-assuré risque une amende de 3.750 euros, la confiscation de son véhicule et jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et la suspension, voire l’annulation de son permis de conduire.  En outre, si la victime d’un accident dont le responsable n’est pas assuré est toujours indemnisée par le Fonds de Garantie, le responsable, lui, ne l’est pas. Et en plus, il doit rembourser les sommes versées par le Fonds de garantie à la victime.

07 ASSURANCE 1

Pour lutter contre ce « fléau », outre une campagne d’affichage, le FGAO  a créé un mini site pour diffuser des films racontant les histoires de trois personnes, toutes les trois auteurs d’un accident sans être assurés (ci-dessous). Ces films sont relayés sur Youtube et Facebook. Cette campagne vise notamment les jeunes. En effet, les automobilistes âgés de 18 à 35 ans sont surreprésentés parmi les non-assurés, représentant 59% d’entre eux.

.

.

.

.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *