PAU – Un vrai débat est ouvert : donnez votre avis !

L’Automobile-Club, dépossédé de ses Casetas, s’interroge sur les motivations de cette décision et espère qu’il ne s’agit que d’un simple malentendu. Depuis quelques jours, le débat s’est ouvert : Casetas, Grands Prix, appels d’offres… Donnez vos réflexions au bas de cet article !


L’incompréhension est totale. Pour la première fois, l’Automobile-Club Basco Béarnais (ACBB) a été privé de l’organisation de ses Casetas. Or cet événement, dont il est à l’origine, a été conçu, mis en œuvre puis développé pendant 7 années, pour devenir une référence unanimement reconnue et appréciée.

Cette privation n’est pas dénuée de conséquences et hypothèque l’avenir même de l’Association.

 


Quelques explications sur la situation…

L’Automobile-Club Basco Béarnais, association à but non lucratif, est une véritable institution de la vie départementale. Depuis 120 ans, il accompagne les automobilistes au quotidien, jouant également un rôle dans la préservation de leur sécurité routière. L’action de l’ACBB concourt à la réduction du nombre de morts et de blessés graves sur la route.

 


En 2010, l’ACBB, fondateur des Grands Prix (désormais organisés par l’Association sportive de l’Automobile Club), a proposé d’organiser des Casetas pendant la période des Grands Prix. Son objectif était d’être contributeur à la relance et à la pérennisation des épreuves en ville, notamment par la création d’une animation durant 10 jours ; animation susceptible de capter un nouveau public en nombre croissant afin de l’intéresser aux épreuves sportives sur le circuit.

Les coûts liés à l’organisation de ces animations, ainsi que les incertitudes sur leur attrait auprès du grand public, ont effrayé plus d’un… Et pourtant, ces animations étaient jugées indispensables au moment de la relance des Grands Prix.

 


En 2011, l’association ACBB a eu l’audace et a pris le risque de créer la première édition des Casetas de l’Automobile-Club. Elle n’a sollicité aucune subvention (uniquement le prêt de barrières et de matériels, ainsi que la fourniture d’électricité) et s’est acquittée de ses obligations de financement des taxes au titre de l’occupation du domaine public.

Cet événement s’est avéré d’une grande réussite et a engendré des retombées très bénéfiques tant sur le plan économique que sur celui de l’attractivité du centre ville de Pau.

 


L’ACBB a très largement investi (en temps et en argent) dans le développement d’un nouveau concept, et a œuvré pour l’attractivité du centre ville et pour la fidélisation d’un public en masse.

Il a fait preuve d’un véritable savoir-faire, en collaboration avec des professionnels, et son défi audacieux s’est révélé gagnant, le public se transformant en socle de clientèle pour les Grands Prix.

L’Automobile-Club misait sur l’arrivée à maturité économique de son concept des Casetas pour :

  • Obtenir un retour sur l’investissement très important, réalisé pendant 7 ans pour développer ces Casetas.
  • Renforcer sa mission première dans le domaine de la sécurité routière. En effet, l’ACBB s’était engagé à consacrer les éventuels excédents financiers sur les Casetas à des actions de sensibilisation et de prévention du risque routier, une cause d’intérêt général majeure.

 


Or, fin 2017, l’ACBB propriétaire légitime du concept d’animation du centre ville avec ses Casetas pendant la période des Grands Prix, apprend avec stupéfaction, l’organisation d’un appel d’offres en vue de l’aménagement d’un espace restauration-animation (définition même des casetas).

Persuadée d’un malentendu, l’association a fait sa demande de renouvellement annuel de l’attribution d’un espace public. Début mars 2018, soit seulement 2 mois et demi avant l’événement, l’ACBB s’est vu notifié par courrier le choix d’une société commerciale pour l’organisation des Casetas, à la place Clemenceau, en lieu et place de l’ACBB !!!

 


L’Automobile-Club a été profondément choqué de cette décision et se pose désormais de nombreuses questions sur les motivations de ce soudain volte face.

Néanmoins, l’ACBB ne souhaite pas polémiquer. Il attend, avant tout, une prise de conscience des auteurs de cette fâcheuse décision, notamment sur les retombées économiques pour l’association et sur la nécessité d’attribution de mesures compensatoires en réparation du préjudice subi.

Avec ses centaines d’adhérents et ses 22.152 sympathisants (en avril 2018), l’Automobile-Club Basco Béarnais veut simplement être écouté, être entendu et être respecté pour son travail accompli depuis 7 ans.

 


Le débat est largement ouvert…

Vous pouvez donner votre avis ci-dessous. Attention, nous vous demandons de garder un ton raisonnable, même si vous êtes en colère.

N’hésitez pas à apporter des idées, à faire des propositions.

Nous nous réservons le droit de ne publier ici qu’une sélection des réactions.

 


 

 

41 thoughts on “PAU – Un vrai débat est ouvert : donnez votre avis !

  1. Je suis totalement d’accord avec les avis et les commentaires, ci-dessus exprimés par l’ACBB.
    Et je souhaite qu’il leur soit rendu dès 2019 la continuation de l’organisation de leurs CASETAS.

  2. Fidèle de vos casetas, je suis dégoûtée par cette “dépossession” dont vous parlez avec beaucoup de sang froid. J’adorais l’esprit dan lequel vous le faisiez. Pourquoi cette décision ?

  3. Vous faites bien de faire cet article qui est très posé. J’ai lu aussi deux autres articles de M. Joël Braud sur le site Alternatives Pyrénées, l’un sur les casetas et l’autre sur le grand prix, avec de nombreux commentaires. Je suis avec vous. Marc

  4. Il est une chose, entre autre, que l’on peut reconnaitre aux dirigeants de L’ACBB c’est d’avoir des excellentes idées, notamment celle des Casetas. L’ACBB et toutes les personnes qui ont participé à organiser les Casetas depuis toutes ces années ont porté cet évènement fédérateur à bout de bras pour apporter un bol d’air au grand prix et au centre ville. Un très gros défi que l’organisation de cet évènement sur une si longue période.
    Personnellement je trouve la méthode grossière que d’avoir arraché ces Casetas à l’ACBB qui ne méritait pas cela. Qu’avait on à reprocher à cette organisation ? Franchement je ne voit rien qui aille à l’encontre de l’intérêt public, d’autant plus que l’ACBB ne touchait pas 1 centime de subvention. Et c’était une réussite, chaque année ! Cet évènement avait un organisateur “L’ACBB”, elle avait un nom “Les Casetas”, une réputation exceptionnelle. Pour y avoir participé, les Casetas de L’ACBB resteront pour moi les plus beaux moments de fêtes entre amis vécu au centre ville de Pau. Des fêtes enthousiasmantes..
    Peut être que cette année ç a été bien (organisé par d’autres)…je ne sais pas, je n’y suis pas allée mais je regrette énormément que l’ACBB ait été mit dehors de son propre évènement, jeté comme un vulgaire kleenex. ….On prend tout ce qu’on peut prendre et quand on a plus besoin des gens on les dégage… Pas terrible comme valeurs.
    J’espère de tout coeur qu’ils pourront récupérer l’organisation de cet évènement l’année prochaine.

  5. C’est complètement nul d’avoir fait ce coup à l’ACBB. En plus, je connais beaucoup de gens qui n’ont même pas été allé voir place Clemenceau en croyant qu’il n’y avait pas de casetas. Je ne sais pas qui a eu cette idée de génie (hum !) de changer de nom, ce qui fait perdre le public fidélisé depuis des années. Nul de chez nul ! Les restaurateurs doivent être contents…

  6. c’est sinistre cette année les casetas, et ce n’est pas que le mauvais temps. Je me souviens de soirées géniales sous la pluie quand elles étaient sur la place Royale. Il y avait du monde et une super ambiance. Il y avait même une adjointe qui s’en donnait à coeur joie. Quelle bêtise de chasser ainsi l’ACBB

  7. Cette décision n’est qu’un avertissement !
    Il est temps de proposer un concept proche du public et de se remettre réellement en question.
    Ce n’est pas une existence de sept ans qui donne une certitude.
    Il est temps de créer une réelle animation autour de l’automobile dans toute la ville de Pau et pas seulement sur la place Clemenceau.
    Il est aussi grand temps de faire rêver le spectateur…espace “hyper cars” démonstration des écoles de maîtrise automobiles, stands des équipementiers de la région etc….exploitation des magasins vides à ces fins..Décorations des vitrines des commerces et comme en 2017 la mise en jeux d’une voiture…..via un autocollant publicitaire…animations via les écoles des métiers de l’automobile etc….
    Les idées neuves doivent être recherchées comme la présentation d’auto-moto Tf1 ou de Turbo M6 en direct les deux dimanches etc…..
    Concert comme à la grande époque des 24 heures de Spa-Francorchamps….
    Il est inutile de pleurer, il faut réagir et rendre accessible le Grand Prix de Pau avec une image de prestige et rénover par exemple les bureaux de l’automobile club qui datent du siècle passé…
    L’organisation d’une Zoé Cup est aussi à mettre en place….
    Vive le renouveau et l’avenir en coopérant avec de nouveaux partenaires forts .

    1. D’accord pour l’analyse. C’est tout qui doit être repensé car le grand prix n’est plus du tout populaire. Contrairement aux chiffres officiels avancés, le public est absent et chacun peut le voir de ses propres yeux. Déjà l’année dernière il n’y avait pas bcp de monde avec un très beau temps; cette année, c’était le vide complet.
      Mais justement quand quelque chose marche comme les Casetas, pourquoi les casser ? Ils feraient mieux pour faire bien le boulot dans le circuit et dans le reste de la ville. Non ?

  8. Décision grossière et sans fondement, autre que celui du “petit pouvoir stupide ?” Accrochez-vous, on vous soutient, à Pau et ailleurs…

  9. Vous êtes bien gentils, mais il faut plutôt se poser la question des grands prix eux-mêmes. Ces dernières années, ces journées ont perdu leur côté populaire. Alors utiliser 2 millions d’euros de nos impôts pour faire plaisir à quelques-uns, est-ce bien raisonnable ? En fait, les organisateurs se contentent de faire payer (très cher) des entreprises (dont je fais partie) en faisant croire qu’il y a 40.000 personnes alors qu’à mon avis, il n’y en a pas plus de 2.000 si on enlève les pilotes et les écuries, les organisateurs… Et en plus les prestations restauration pour les entreprises sont dég…

  10. Vous avez raison de vous battre après tant d’années de satisfaction.Que cherche t’on ??
    Vous avez mon soutien,pour tout ce que vous faites pour les automobilistes Palois et d’ailleurs

  11. Et c’est pour tout pareil, dès que quelque chose marche bien, il y a quelqu’un pour se l’ accaparer … ou l’ interdire s’ il ne peux pas.
    Posons-nous aussi les bonnes questions :
    – le circuit; peut-être le rallonger vers Bizanos,
    – le plateau; ah la F3000, le supertourisme, la formule Ford, la coupe R5, le Star Racing, les pilotes connus, la démo de F1… snif,
    – la date; les examens, la météo risquée, la plage, la concurrence d’autres épreuves, pourquoi pas Septembre ou Octobre,
    – les parkings; en extérieur, gratuits et avec navettes,
    – les animations annexes; concerts, fête foraine, feu d’ artifice, campings, jumelage démonstration avec Pau-Arnos, avec navettes.
    – les riverains; en faire des partenaires en les intéressant et en les impliquant,
    – la communication,
    – etc, etc.
    Appel de phares à tous.

    1. – La rallonge vers Bizanos ?
      Cette demande avait était formulé dans les années 2000 il me semble à l’époque où les organisateurs essayaient de pérenniser dans le temps le championnat Européen des voitures du Grand tourisme. Seulement voilà, d’après ce que j’avais appris par la presse, si le circuit urbain de Pau était reconnu et autorisé dans son “jus” d’origine, toutes modifications de son tracé était interdite, du fait d’une loi général pour tous circuits urbains…

      Le plateau de F3000 ?
      C’était super !
      Seulement voilà la FIA ou la FOCA (fédération international de l’Automobile) à décrété fin des années 90,que la F3000 serait supprimer pour renaître dans une catégorie s’appellant GP2 (qui existe toujours aujourd’hui) qui ne se produit qu’avec … la F1 !
      C’est ainsi que Pau à dù abandonner la “F3000 dans son jardin” pour reprendre le slogan d’une de ses derniers venues…

      Et malheureusement, il semblerait que l’histoire se répète, avec la même chose avec la F3 qui l’année prochaine sera fusionner avec le GP3, aussi uniquement avec la F1.
      c’est ainsi qu’aujourd’hui, Pau va perdre – à nouveau – une catégorie qui avait un niveau au moins Européen…

      Entre 2007 et 2009, on a eu la chance d’avoir le WTCC (championnat du monde des voitures de tourisme) avec une exposition médiatique sans précédent sur les chaines Eurosport notamment.
      Mais d’après l’Eclair du 06/05/2018, le plateau coûte à lui seul 170 000 Euros….

      On pourrait dire aussi que le circuit n’a quasiment pas évoluer depuis des décennies, contrairement aux catégories actuelles du sport automobile.
      Mais c’est précisément le charme et toute l’exception de ce grand prix !!
      Quant à faire un grand prix à Pau-Arnos, je pense que ça ne marcherait pas du tout, puisqu’il s’agit d’un circuit classique.

      On peut ajouter enfin, les écologistes, qui font tout ce qu’ils peuvent pour tuer les grands prix, alors qu’on ne les entend jamais sur le …tour de France cycliste, bien plus polluant (voitures, avions, hélicos pendant 3 semaines) que nos 5 jours de courses en ville, ce qui montre bien qu’ils se foutent de la gueule du monde et qu’ils sont aussi écolos que je suis évêque !

      Bref, ce que je veux dire c’est que les organisateurs ne sont pas aider pour maintenir au moins une épreuve de niveau Européenne, alors, que ce serai sans doute la meilleure raison pour maintenir un investissement de 2 millions d’Euros,ce qui est une somme très importante, il faut bien le reconnaître.

      Alors que faire ?
      *** supprimer purement et simplement le grand prix moderne, trop aléatoire et contraignants dans les règlements, et mettre ainsi le paquet sur un super grand prix historique de niveau mondial comme à Monaco qui est organiser autour du grand prix de F1 ?
      Moins de moyen serait peut-être nécessaire qu’un grand prix moderne avec le WTCC ?

      *** Pourquoi pas, essayer de créer et d’implanter à Pau, une sorte de congrès /rendez-vous mondial sur l’automobile, son avenir, son évolution au sens large, son avenir connecté, etc… car à part le salon mondial de l’Automobile de Paris et de Genève (à ma connaissance, orienter que sur la vente de nouveaux modèles), je ne connais aucunes manifestation équivalente à ce jour.
      Ce grand congrès pourrait se tenir dans la semaine entre les 2 grands prix.

      *** Utiliser le circuit urbain pour apprendre à monsieur tout le monde de bien conduire, essayer d’en faire une sorte de laboratoire, un lieu incontournable et reconnu (les 80 km/h sont une bêtise sans nom, je pense que la vitesse ne tue pas, mais ceux qui ne la maîtrise pas, si !). Un pilote sera toujours moins dangereux à 200 qu’une voiturette à 60 !…

      **** d’autres idées ?…

      Réfléchir tous ensemble, multiplier des partenariats, associer un maximum de citoyens et d’acteurs, trouver de nouvelles idées serait, espérons-le, de nature à pérenniser ce qui reste une rareté au niveau mondial.

      A bon entendeur !

  12. Illustration parfaite du travail de “certaines” municipalités, qui semblent s’acharner à détruire tout ce qui fonctionne, crée du lien social, et fait du bien à l’économie d’un territoire. Ca finit par en devenir suspect… Et carrément honteux !

  13. Bonne idée d’ouvrir ce débat. Il y a trop de non-dit, il est bon de pouvoir s’exprimer librement.

    Mon premier sentiment est la déception : je pense qu’on est en train de tuer le grand prix moderne. Le circuit était sinistrement vide le week-end dernier, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire en donnant des chiffres pas sérieux. D’accord, il faisait mauvais. Mais l’année dernière, il faisait très beau et pourtant le public n’était pas au rendez-vous.

    Or, un tel évènement a l’obligation d’être populaire en raison du très lourd financement public mais aussi de la gêne imposée aux Palois pendant plusieurs mois. On parle quand même d’un coût de 2 millions d’euros. C’est nous qui payons !

    Le problème aussi est qu’il n’y a plus aucun média d’envergure qui s’intéresse au grand prix de Pau. La présentation de cette édition à Paris a été pathétique : seule la presse… béarnaise était présente.

    Ce qui veut dire que les retombées pour la ville sont réduites : des recettes consistantes pour les hôtels avec les écuries en compétition ; quelques retours pour les restaurants ; pas grand chose pour les commerces… et donc pas de relais médiatique, hors Béarn.

    Les organisateurs font croire que les TV sont présentes. Mais non ! Ce sont des images produites par eux-mêmes et essentiellement diffusées à l’intérieur du circuit et dans les tentes des partenaires.

    C’est très embêtant, car les partenaires vont finir pas se rendre compte que leur investissement ne sert à rien ou presque, hormis un peu de relations publiques en invitant quelques personnes à boire du champagne et manger des petits fours.

    Voilà ce qui m’inquiète parce que j’aime le grand prix de Pau.

    Que faire ? Tout simplement refaire un appel d’offres en espérant réussir à convaincre un vrai professionnel, avec des références en France et à l’international, à investir sur cet évènement.

  14. Jean Michel, j’approuve complètement vos remarques et je les trouve pertinentes.
    La première question que l’on peut se poser, c’est pourquoi depuis plusieurs années il n’y a plus eu d’appel d’offres pour le Grand prix. Comme plusieurs personnes l’ont précisé sur le site Alternatives Pyrénées, Madame Lignières Cassou avait fait un appel d’offres en 2010, sélectionnant un promoteur professionnel pour 3 ans. Et depuis, la ville a imposé – sans appel d’offres – une société de communication locale qui n’avait aucune expérience comme promoteur d’une compétition auto.
    Pourquoi ? Je vous rejoins pour demander un appel d’offres. C’est la moindre des choses quand autant d’argent public est dépensé.

    Je comprends d’autant plus les interrogations de l’ACBB. Pourquoi on leur a imposé un appel d’offres pour les Casetas et pourquoi on n’en fait pas pour le grand prix ?

    1. Cette société de com locale a toujours obtenue des marché locaux sans appel d’offre, ça fait belle lurette que ça dure à la vue et au yeux de tous. Que voulez vous, c’est comme ça!!!

    1. Ok.
      Je demande la suppression total de tout financement pour la section Paloise, le Pau FC, ou l’élan Béarnais…
      Après tout, c’est trop cher ces activités sportives….

  15. Bonjour
    Il vous suffirait de d’enregistrer et de déposer votre idée par une enveloppe soleau à l’INPI, pour rester propriétaire de votre bien.

    Vous savez, comme moi, que l’on est souvent critiqué, mais quand la chose, bien pensé et réfléchi, fonctionne à merveille, il y a toujours un grand “malin”, qui par abus de pouvoir, vous subtilise votre bien!

    Maintenant, il est urgent de dénoncer ces malversations et de leur rentrer dans le “lard”
    Vous avez quelque chose à défendre, surtout votre honneur et votre sueur!
    AGISSER, quitte à faire valoir votre bien devant un tribunal!

  16. Je pense qu’en politique les promesse n’ont de valeur que pour ceux qui y croient et que nos hommes politiques sont prêt à promettre tout et n’importe quoi pour continuer à exister et à garder du pouvoir, n’oublions pas que c’est un métier avec ses avantages et cela depuis la nuit des temps!
    La question des casetas est de la même veine: il y a un homme politique qui pense et dit: “Pau c’est moi” et qui n’a plus que ça à faire et croire!
    Il y a une manifestation dans laquelle il ne participe qu’à titre d’invité et qui marche: les casetas du Grand Prix.
    L’objectif du politique est de se maintenir et de continuer à croquer sa part du gâteau donc, étant le roi dans son fromage, il annexe la manifestation qui sera donc organisé par ses services et affidés.
    Par contre n’est pas le bon roi Henri qui veut!
    Je m’arrête là….
    Et que les casetas retournent à l’ACBB et à ses œuvres.

  17. Moi, ce qui me scandalise c’est le fait de dépouiller une association au profit d’une société commerciale. Mais de quel droit ? Vous allez sûrement subir des pressions ou des menaces pour vous faire taire. Ne cédez pas. Personne ne peut défendre ce qui vient de se passer contre l’ACBB. Courage, on est nombreux avec vous

  18. De drôles d’ “Assises de l’auto” cet après-midi à Pau.

    Elles résument bien ce qui se passe aujourd’hui avec le grand prix. En fait d’assises, il y a 2 conférences avec des intervenant qui ne peuvent en rien prétendre à faire des Assises.

    Pour le public, bien que ce soit gratuit, on ne se précipite pas. Alors, les organisateurs offrent des places pour le grand prix à ceux qui viennent pour sauver la face.

    1. Bien vu Maud. J’y étais. En enlevant les concessionnaires (dont je suis), il n’y avait personne. Malgré la gratuité et malgré les places d’entrée sur le circuit offertes, le public était inexistant, comme au grand prix le week-end dernier. Il faut savoir que CréaSud a fait payer cher les concessionnaires pour ces “assises”.
      Plusieurs intervenants présents et des “partenaires” comme nous l’avons mauvaise.

  19. Je suis scandalisé par cette manière de prendre les biens et le travail d’un association pour en faire cadeau à une société commerciale, visiblement “amie”. Oui, c’est une dérive grave qu’il ne faut pas accepter.

  20. Déplorable de voir des sociétés à but lucratif voler les revenus d’une association utile à tous les automobilistes et ceci sans doute avec la complicité du chef de ”Pau, c’est moi…” encore une mauvaise décision de la mairie !

  21. Ave c mon association ont organisé un weekend festif autour de la danse. Avec la municipalité Bayrou il nous ai arrivé exactement la même chose. Que voulez vous… Et pourtant on a commencé sous l’égide de Mr Labarrère, on a connu Urieta, Cassou, mais jamais nous n’avons été traité avec autant de mépris qu’avec Mr Bayrou.
    Les élections sont pour bientôt, la voila la solution!

  22. Les commentaires sur l’article que vient de pondre la république des Pyrénées au sujet des casetas ont été désactivés !!! Cela prouve à quel point leur complaisance et leur complicité avec créasud est grand ! En effet, les comentaires devaient leur renvoyer des vérités au visage et surtout donner des informations qu’ils ne donnent pas eux mêmes à leurs lecteurs.

  23. J’ai cru lire dans l’interview que donne Mr Loustalan au blog alternatives Pyrénées que l’ASAC était locataire de l’ACBB. L’ASAC ayant mandaté créasud pour la promotion du grand prix, elle est forcément complice de ce hold-up sur lalace clémenceau. Pourquoi ne dénoncez-vous pas le bail ? Après tout, ils n’ont qu’à aller dans les locaux de créasud puisque finalement ils sont cul et chemise ..

  24. Une autorisation d’occupation temporaire délivrée par acte administratif individuel revêt traditionnellement un caractère personnel et inaliénable. Le régime dérogatoire de la domanialité publique soumet les biens incorporés au domaine public au principe d’inaliénabilité. Si la loi demeure muette à ce sujet, il est de jurisprudence constante qu’une autorisation d’occupation du domaine public est marquée par une dimension intuitu personae et présente un caractère strictement personnel qui la rend incessible , en clair cela veut dire que ni l’un ni l’autre n’avez le droit de sous louer le domaine public !

  25. Purementet simplement dégueulasse cela ne grandit pas le pouvoir en place à la mairie et qui on dirait vouler faire mourir le centre ville si prendrait pas mieux .
    Tous en soutien avec l’ACBB et les passionnés de sport mecanique ou le dopage est exclu .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *