INNOVATION – La recharge des batteries en roulant

Renault travaille avec Qualcomm Technologies et Vedecom sur la recharge sans contact des véhicules électriques…


La marque au losange a dévoilé un système de charge dynamique des véhicules électriques permettant de recharger les batteries en roulant. Avec Qualcomm Technologies et Vedecom, le constructeur a conçu un système capable de recharger 20 kW à des vitesses allant jusqu’à 100 km/h.

« Il est vraiment important pour nous qu’il y ait des choses concrètes qui arrivent pour que la vie des gens en électrique soit plus simple », explique le groupe Renault. La recharge dynamique « est une des pistes » pour développer la voiture électrique, même s’il faut encore « trouver les modèles économiques », indique-t-il, tout en pointant les gains à escompter de véhicules électriques (livraison, taxis, etc.) qui n’auraient pas besoin d’être garés pour être chargés et qui pourraient donc être utilisés jusqu’à 100 % du temps.


La démonstration dynamique de charge a eu lieu sur une piste d’essais longue de 100 mètres, construite par Vedecom à Satory, près de Versailles (Yvelines), dans le cadre du projet FABRIC (analyse de FAisaBilité et développement de solutions de chargement sur Route pour les futurs véhicules éleCtriques). Qualcomm Technologies et Vedecom ont installé la première partie du système de charge dynamique des véhicules électriques dans la piste d’essais, tandis que Vedecom et Renault ont intégré la partie secondaire dans deux Renault Kangoo Z.E. Prototype de futures potentielles « routes électriques », cette section est équipée de générateurs de champ électromagnétique sous sa surface.

En passant au-dessus, les voitures, elles-mêmes équipées de « dalles » réceptrices sous leur châssis, bénéficient d’une recharge de jusqu’à 20 kilowatts, même à 100 km/h. A long terme, et une fois résolus des problèmes de coûts et le chantier potentiellement colossal de mise à niveau de l’infrastructure, un tel système pourrait conférer aux voitures électriques une autonomie théoriquement infinie, assurent ses promoteurs.

La recharge sans contact par le sol existe déjà en statique, arrivant en série sur des voitures cette année. Elle est déjà utilisée, notamment par Alstom, pour des systèmes de transports publics.


Vedecom va prochainement lancer une nouvelle phase de tests. Ceux-ci évalueront le fonctionnement et l’efficacité du transfert d’énergie aux véhicules pour un large éventail de scénarios pratiques, y compris l’identification et l’autorisation d’accès, l’accord de niveau de puissance entre la chaussée et le véhicule, la vitesse et l’alignement du véhicule par rapport à la piste. Qualcomm, qui veut vendre cette technologie à des équipementiers automobiles, dit penser la voir aboutir en série d’ici à dix ans.

FABRIC est un projet de 9 millions d’euros, financé partiellement par l’Union européenne. Il porte sur la faisabilité technologique, la viabilité économique et la durabilité socio-environnementale de la charge dynamique des véhicules électriques sans fil. FABRIC a débuté en janvier 2014 et se poursuivra jusqu’en décembre 2017.

Il est organisé par un consortium de 25 partenaires originaires de neuf pays européens, dont des constructeurs d’automobiles, des équipementiers, des fournisseurs de services et des organismes de recherche dans l’infrastructure automobile, routière et énergétique. Son objectif principal est de procéder à une analyse de faisabilité de la charge dynamique des véhicules électriques sans fil comme moyen d’extension des gammes de véhicules électriques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *